Vivants, atypiques et poétiques

dormir-face-web

La compagnie crée des spectacles pour tous à voir partout : elle y peint les grandes scènes de la vie au travers de toutes petites choses du quotidien.

La Compagnie bretonne, Les 3 Valoches, travaille autour de deux axes forts : le théâtre de rue et le spectacle très jeune public. Elle compte aujourd’hui 8 créations dont 4 actuellement en tournée.

Attachée à la notion de transmission et de partage, et à des thématiques fortes telles que le  temps qui passe et la transmission familiale, « elle peint puis dépeint les grandes scènes de la vie au travers des toutes petites choses du quotidien ». Par le biais de spectacles transdisciplinaires, mêlant théâtre et théâtre d’objets, magie nouvelle, musique et chant, la compagnie développe une approche sensible, poétique et comique du monde, se forgeant au fil des années une identité atypique et sans concession.

Née d’une envie folle de créer l’instant et de trouver les moyens de  partager l’éphémère avec le plus grand nombre, la compagnie a trouvé sa place auprès des arts de la rue et du spectacle petite enfance. Nous allons au plus proche du public, que se soit sur les pavés ou au noir des théâtres.

Elle a aussi l’intime conviction qu’on ne peut séparer artiste et artisan. Ainsi, tous les décors et accessoires sont imaginés et réalisés par les mains de notre équipe : travail du métal, du bois, des textiles, de la peinture, en passant par des inventions électroniques et des astuces de savants fous. ” Tu tires sur le truc qui actionne le bazar, le bidule se soulève et arrache la goupille et ça te pète à la gueule, comme qui rigole!”. Pour la compagnie, créer un spectacle, c’est donc transpirer sur le plateau, mais aussi dans l’atelier, où nous passons par des phases de dessins techniques, de prototypes, parfois d’échec, pour finalement construire de toutes pièces, des scénographies uniques et toujours au service du jeu.

La compagnie Les 3 Valoches est nourrie par le burlesque de Buster Keaton, la magie de Max Linder, en passant par les mots de Boby Lapointe,  la poésie et  la corporalité de Dominique Abel et Fiona Gordon. 

Au delà de la création de spectacles, les 3 Valoches, c’est aussi un lieu de création partagé avec d’autres compagnies afin de créer du lien et de confronter des pratiques artistiques.

 

hommebarbu-2web

Prochaines dates

perfweb

Actualités

Rentrée : nom féminin. Action de rentrer quelque chose dans un local à l’abri / revenir dans un lieu que l’on avait quitté/ /reprendre ses fonctions/ reparaître, après une absence, dans son activité/ période qui succède aux congés annuels au début de l’automne/ action de recouvrer des fonds ; somme recouvrée/ retour dans les couches denses de l’atmosphère terrestre d’un véhicule spatial ou d’une tête nucléaire larguée par un missile balistique / cartes que l’on prend à la place de celles que l’on a écartées ; au bridge, carte qui permet de reprendre la main…. Bref si on mélange tout ça, ça nous donne un mois de septembre hétéroclite et excitant, de quoi remplir nos petits cartables d’une énergie folle pour reprendre le chemin de l’école! 

Bonne rentrée à tous!


Expositions : Jusqu’à fin septembre vous pouvez encore découvrir une exposition photographique réalisée à partir des clichés de Thomas Guionnet lors de l’évènement L’happ’Poésie. Ces images mettent en scène les habitants du territoire et les poèmes qu’ils portent. RDV à la  Médiathèque et au Jardins de l’eau de Saint Germain en Coglès et au Pole Social de Antrain.


Atelier/ Performance: Le 10 septembre dernier, à la Médiathèque de Bazouges La Pérouse s’est déroulé un temps fort en guise d’aurevoir à ce lieu de culture et de rencontres.   Afin de fêter le déménagement de la médiathèque avant travaux, une classe de CE de l’école public de Bazouges la Pérouse a pu participer à une performance collective poétique et graphique, menée par Anne Jourdain. Ainsi afin de faire migrer les livres d’un lieu à l’autre, une installation-mobile a été mise en place par les enfants: les pages des livres ont pu prendre leur envol. Une fresque conçue sur le principe optique de l’anamorphose a été peinte par les enfants sur les murs et cartons de déménagement. Celle-ci mettait à l’honneur un poème de Thierry Cazals: “Le chant de l’alouette, Le vide entre les nuages, Rien de plus” … un hymne à la contemplation et au dénuement, de quoi souhaiter un bon vent à l’ancienne médiathèque.

Partenaires & Soutiens

Inscription à la newsletter